ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator
Fdsea53JA53
Accueil > Actualités

L’année 2022, « un inédit sanitaire et économique »

Pauline COLLET GASTINEL
Le 14/10/2022 à 14:25 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Facebook L’année 2022, « un inédit sanitaire et économique »
AF

Jeudi 13 octobre, Jean-Michel Schaeffer, président de la Confédération française de l’aviculture et de l’interprofession Anvol était de passage en Mayenne, il a donc saisi l’occasion d’échanger avec les producteurs avicoles du département, sur invitation de la Fdsea de la Mayenne.

L’année 2022 est riche d’actualités pour l’aviculture. Entre la grippe aviaire et la flambée des coûts des matières premières, les échanges avec l’administration sont nombreux.

Grippe aviaire
« Cela a été très intense de février à juillet pour la grippe aviaire, avec un temps de battement durant les élections présidentielles et législatives. Et cela nous occupe encore aujourd’hui » précise Jean-Michel Schaeffer. L’impact de la grippe aviaire, notamment dans le Sud-Ouest de la France a atteint un stade inédit, qui a nécessité et justifié une revalorisation des indemnisations. « On a réussi à obtenir plus d’un milliard d’euros d’indemnisations » précise-t-il. La contrepartie est le manque de canetons, car il ne reste que 25 % du cheptel reproducteurs français. Un problème demeure, c’est l’élimination des cadavres. « Il faut faciliter et simplifier l’enfouissement des animaux avec des protocoles d’enfouissement » explique-t-il. Les mises en place risquent aussi d’être impacter avec des vides sanitaires qui s’allongent, notamment sur les poules reproductrices.

Plan de résilience
« On vit un inédit sanitaire et économique, on a dépassé ce qu’on n’a jamais vécu » explique Jean-Michel Schaeffer. Pour compenser la période Covid et les impacts de la guerre en Ukraine, cela représentait une hausse de 35 % du prix du poulet en magasin. Le plan de résilience a permis de compenser ces hausses. Certains producteurs qui ne sont pas en intégration n’ont cependant pas toujours pu bénéficier du plan de résilience, et donc d’aucune indemnisation face à la hausse du prix de l’aliment ou de l’énergie.


Bien-être animal
Autre sujet brûlant, la fin de la production en cages et la réforme des IED. « Une étude doit sortir en fin d’année 2022. Il faut absolument réussir à protéger le maillon reproduction, car si on supprime toutes les cages, je ne sais pas comment on va faire » précise Jean-Michel Schaeffer. La réforme des IED est aussi préoccupante, « la commission Européenne a fait une proposition d’abaissement des seuils d’exploitations classées. Cela ferait basculer 78 à 83 % des exploitations en IED, explique-t-il. « Mais cette proposition de réforme n’impacterait pas que la filière avicole mais bien toutes les filières, car les bovins seraient également concernés. »
La section avicole de la Fdsea de la Mayenne a mis en place des formations sous financement Vivea, sur le bien-être animal pour la filière volailles et également pour la filière porcine.
Pour la filière volailles, deux dates sont proposées aux éleveurs, le mardi 29 novembre et le jeudi 8 décembre.

 



   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans fdsea53.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Youtube
fdsea53

Fdsea53
Parc Technopole, rue Albert Einstein
BP 36135 Changé, 53000 Laval
Téléphone : 02 43 67 37 96