ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator
Fdsea53JA53
Accueil > Actualités

Grêle, inflation, assurance

Pauline COLLET GASTINEL
Le 07/07/2022 à 15:00 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

La FDSEA rencontre les représentants de Terrena

Mercredi 6 juillet, la FDSEA représenté par Olivier Duhamel, responsable de la section grandes cultures, rencontrait David Coue directeur des équipes terrains sur la zone Nord chez Terrena et Fabrice Quelin, agriculteur à Entrammes, administrateur à Terrena et membre du groupe céréales. Acteur majeur sur le département (50 % des volumes), cet échange transparent sur un secteur touché par les intempéries et un marché des céréales très fluctuant étaient d'autant plus important.

Une pratique mayennaise atypique

"Le prix acompte a une mauvaise image en Mayenne", c'est le constat que fait David Coue sur la commercialisation des céréales par les agriculteurs mayennais. La grande majorité d'entre eux passent sur une commercialisation à prix ferme, c'est-à-dire qu'ils prennent en charge la commercialisation et décide du moment de la vente et du prix.  Une pratique qui s'est dotant plus amplifier avec le marché des céréales qui a connu une forte hausse "les agriculteurs se sont engagés très vite, parfois 1 an avant, en voyant le prix des céréales montaient" complète Fabrice Quelin. 

Alors, pourquoi ce choix de ne pas aller sur le prix acompte ? 

 "Les agriculteurs ont tendance à retenir que le prix versé à l'acompte et prenne pas en compte les compléments de prix par la suite" réagit David Coue. En moyenne, Terrena a un prix final plus élevé que le prix ferme, entre 5 à 7 € la tonne en plus pour les agriculteurs. Pour être performant sur le marché des céréales en acompte, la coopérative doit connaître le volume à commercialiser en amont. Cette année, Terrena a proposé des prix acomptes avec des volumes définies. Pour la coopérative, un prix acompte permet de mutualiser des éventuels dégâts dans les cultures, alors que pour le prix ferme, le non-respect du contrat repose à sur l'agriculteur.

Des mesures mises en place suite aux dégâts

Suite aux dégâts causés par la grêle dans les cultures le 20 mai, la coopérative a mise en place plusieurs mesures pour répondre à la détresse " nous proposons un prêt de trésorerie en complément de ce que propose les banques. Pour ceux qui ne peuvent honorer leur contrat à prix ferme, dans les secteurs touchés, un report en 2023 sur les mêmes conditions leur sont proposés. La coopération prendra en charge le positionnement sur le marché qui n'est pas pourvu et aucune pénalité sera faite à l'agriculteur" ajoute David Coue. Ce sujet ramène naturellement sur la table la question de l'assurantielle, quand on sait qu'1/5 seulement des agriculteurs mayennais sont assurés "nos équipes de terrains sensibilise les agriculteurs sur ce sujet" complète David Coue. 

Une organisation bien rodée

Le département mayennais est constitué d'un maillage assez dense de silos pour permettre d'être au plus proche des agriculteurs. Pour les agriculteurs les plus éloignés, des échanges de collectes peuvent se mettre en place avec les autres organismes stockeurs, "mais ça s'anticipe" souligne Fabrice Quelin. D'autres solutions sont également proposées aux adhérents : l'enlèvement à la ferme ou stockage sur la ferme. 
Et comment se profile cette campagne 2022 ? "les rendements devraient être au rendez-vous" concluent Fabrice Quelin. 



   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans fdsea53.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Rien ne laisse présager à court terme un ralentissement...
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Youtube
fdsea53

Fdsea53
Parc Technopole, rue Albert Einstein
BP 36135 Changé, 53000 Laval
Téléphone : 02 43 67 37 96