ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator
Fdsea53JA53 png
Accueil > Actualités

Fin de l’élimination des poussins mâles en 2022

Pauline COLLET GASTINEL
Le 21/07/2021 à 08:46 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

Les éleveurs ne paieront pas la note !

Le ministre de l‘Agriculture a annoncé aujourd’hui qu’un décret serait pris d’ici la fin de l’été pour interdire l’élimination des poussins mâles en 2022. La CFA a toujours témoigné de son volontariat pour mettre fin à cette pratique mais de manière progressive et sécurisée afin d’éviter la délocalisation et la concentration de l’accouvage et à condition que le surcoût ne soit pas pris en charge par les éleveurs. Avec ce décret, le ministre balaie d’un revers de main les inquiétudes des éleveurs et les condamnent à subir et à financer une nouvelle fois une transition à marche forcée. Alors que la filière OEufs est exemplaire en matière de transition vers des systèmes répondant aux attentes des citoyens et des consommateurs depuis plusieurs années, cette deuxième couche réglementaire, non dénuée de calcul politique, la fragilise dangereusement. 

Les éleveurs de poules pondeuses exemplaires pour répondre aux attentes des citoyens 

Depuis 2016, les éleveurs ont investi près d’un demi-milliard d’euros pour transformer leurs élevages, ce qui a permis d’atteindre les objectifs fixés par la filière avec 3 ans d’avance : début 2021, 64 % des poules pondeuses en France étaient élevées dans des élevages alternatifs à la cage. « La filière a pris des engagements qu’elle respecte, toute réglementation visant à interdire les élevages en cage aurait été contre-productive. Malgré les difficultés très importantes que rencontrent des éleveurs en système cage aujourd’hui face à l’absence de solution de transition, la transformation des élevages est clairement à l’oeuvre. Elle doit se faire en cohérence avec le marché et dans un objectif constant et non négociable de protéger la souveraineté alimentaire de notre pays. » explique Philippe Juven, vice-président de la CFA en charge du dossier OEufs. « Nous devons adopter le même raisonnement pour mettre fin à l’élimination des poussins mâles » ajoute-t-il. 

Fin de l’élimination des poussins mâles : les éleveurs ne pourront pas prendre en charge le surcoût 

64 millions d’euros1, c’est l’estimation du surcoût annuel de la mise en oeuvre de la fin de l’élimination des poussins mâles. Pour un élevage de 20000 poules pondeuses en plein air, le surcoût annuel se situe entre 20000 et 80000 euros selon les méthodes choisies ! La CFA estime que la répercussion de l’ensemble de ce surcoût aux consommateurs est un préalable au déploiement des différentes méthodes. Cette démarche doit créer de la valeur et non en détruire. « Nous demandons à ce que l’ensemble des surcoûts soit pris en charge par le consommateur, via un dispositif gravé dans le marbre, sur du très long terme. La mise en place d’une cotisation interprofessionnelle nous paraît être l’outil adéquat. » conclue Jean-Michel Schaeffer, président de la CFA. Les éleveurs ne seront pas en capacité de supporter une augmentation de leurs coûts de production déjà mis à rude épreuve depuis plusieurs mois. Dans le cas contraire, les faillites se multiplieront. 



   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans fdsea53.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Voeux 2022
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Youtube
fdsea53

Fdsea53
Parc Technopole, rue Albert Einstein
BP 36135 Changé, 53000 Laval
Téléphone : 02 43 67 37 96