ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Consentement aux cookies
Fdsea53JA53
Accueil > Actualités

Coûts des matières premières

Pauline COLLET GASTINEL
Le 19/11/2021 à 09:38 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

FDSEA et JA tirent la sonnette d'alarme

Les prix des matières premières flambent, font bondir les coûts de production en agriculture. Dans ce même temps, les agriculteurs ne sont toujours pas payés avec des prix rémunérateurs et cela impacte directement les trésoreries.
« En Mayenne, on a une agriculture d’élevage, dynamique qui a l’habitude de relever ses manches et de relever les défis. Nous avons déjà plusieurs défis à relever, en termes d’environnement et de bien-être animal. On est face à une problématique de hausse des coûts de production qui sont importants dans toutes les filières animales », annonce en introduction de la conférence de presse Mickaël Guilloux, secrétaire général de la FDSEA de la Mayenne.
Une envolée des prix qui « remet aussi en cause la bonne installation des jeunes, puisque cela ne permet pas aux jeunes d’avoir une base de prix pour monter des projets dans de bonnes conditions », rappelle Mickaël Maugan, co-président de JA 53, dans un contexte où l’installation reste primordiale puisque 1 agriculteur sur 3 qui part à la retraite n’est aujourd’hui pas remplacé sur le département.
« Aujourd’hui, la grande distribution arrive à faire passer ses coûts de production dans son prix de vente, la loi Egalim 2 doit nous permettre, à nous, agriculteurs, de vivre dignement de notre métier », rappelle Florent Renaudier, président de la FDSEA de la Mayenne.

Production avicole
Le gaz et le coût de l’aliment sont les principales charges qui impactent la production avicole. « Même les livraisons de gaz commencent à se faire au compte-gouttes. Pour les démarrages, les poussins ont besoin de chaleur, donc de gaz », détaille Isabelle Thireau, responsable de la section avicole de la FDSEA. D’autres questions pèsent sur la filière comme les importations pour la restauration collective ou encore l’influenza aviaire.

Production porcine
C’est actuellement la production la plus impactée par la hausse des coûts et par la baisse du prix payé au producteur. « En France, chaque habitant consomme environ 33 kg de porc par an. Pour couvrir nos coûts de production, il nous manque 30 centimes par kilo. Cela représente 10 € par an et par consommateur », explique Jean-Bernard Adam, responsable de la section porcine de la FDSEA. Actuellement, une exploitation porcine perd environ 12 000 € par mois.

Production laitière
La hausse des charges a un impact direct sur la dynamique de la production laitière avec une collecte en baisse depuis le début de l’année. Le coût de l’aliment, notamment des protéines, et la hausse du carburant qui ne sont pas répercutés sur le prix d’achat du litre de lait pèsent sur les exploitations. « Si l’Egalim 2 ne s’applique pas à la virgule près, cela va être très compliqué pour nos exploitations », précise Samuel Gouel, responsable de la section de la FDSEA. « Les choix se font en fonction de la rentabilité de l’exploitation.
C’est inquiétant, ça veut dire que la dynamique n’est plus là. Et dans ces conditions, c’est compliqué de lancer des jeunes dans le métier ou de maintenir un tissu économique local », ajoute-t-il. 

Production bovins allaitants
La filière viande bovine est la première à rentrer dans la contractualisation via la loi Egalim 2 au 1er janvier 2022. « La production viande bovine subit elle aussi les hausses des matières premières.
Mais on part déjà de loin avec des prix qui sont très peu rémunérateurs depuis de nombreuses années déjà. La décapitalisation a démarré depuis 3-4 ans. Avec la hausse des prix actuels, les choses sont en train de s’emballer. L’année 2022 doit être l’année de la contractualisation en viande, elle peut être une des solutions à condition qu’elle prenne en compte les coûts de production.
Les organisations de producteurs travaillent sur le sujet. La loi doit nous aider à inscrire les coûts de production dans les contrats », explique Yannick Vallée, responsable de la section viande bovine. La loi Egalim 2, très attendue par les agriculteurs, devra tenir ses promesses pour régler la problématique de rémunération des producteurs.

Retrouvez l'interview de Yannick Vallée sur l'Autre Radio en cliquant ici



   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans fdsea53.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Inscrivez-vous aux formations FDSEA 53
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Youtube
fdsea53

Fdsea53
Parc Technopole, rue Albert Einstein
BP 36135 Changé, 53000 Laval
Téléphone : 02 43 67 37 96