ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator
Fdsea53JA53
Accueil > Actualités

Un indicateur de coût de production de référence en forte hausse, en viande bovine

Pauline COLLET GASTINEL
Le 17/02/2022 à 08:39 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

Face à la flambée des prix des matières premières, l’indicateur de coût de production de référence en viande bovine, calculé selon la méthode validée par accord interprofessionnel, subit une hausse de 4,6% lors du second semestre 2021.

Parce ce que ce coût de production doit désormais obligatoirement constituer le socle de toute négociation entre les éleveurs ou leurs organisations de producteurs et leurs acheteurs, en application de la loi EGALIM 2, les prix de marché devraient augmenter très significativement au cours des prochaines semaines. 

Voilà des chiffres qui viennent fortement tempérer l’embellie des cotations observées depuis plusieurs semaines sur le marché de la viande bovine – tout particulièrement du Jeune Bovin - dont certains acteurs de la filière se félicitent pourtant déjà : l’augmentation des prix constatée a, malheureusement, à peine comblé la hausse des charges subie par les éleveurs. Elle n’est donc, pas encore, synonyme d’amélioration de la rémunération de ces derniers (voir tableaux en pièce jointe). 

Néanmoins, cette indexation du prix payé aux producteurs sur l’évolution de leur coût de production, au coeur du dispositif de contractualisation obligatoire en place depuis le 1er janvier 2022 dans ce secteur, est un signal encourageant. 

En effet, si l’ensemble des acteurs de la filière viande bovine appliquent strictement la loi EGALIM 2, en utilisant cet indicateur de coût de production comme socle de toute négociation « amont », la dynamique de prix observée devrait s’amplifier rapidement pour permettre, enfin, aux éleveurs d’obtenir des prix rémunérateurs. 

Ceci est d’autant plus attendu, alors que l’offre continue de diminuer sur le marché de la viande bovine et que la loi garantie aux acteurs de milieu de filière la capacité de répercuter les hausses de prix qu’ils concèdent à leurs fournisseurs, à travers le principe de « non-négociabilité de la matière première agricole » inscrite au Code du Commerce. 

Pour Bruno DUFAYET, Président de la FNB : « Il n’a jamais été aussi facile, pour des opérateurs, de passer des hausses de prix profitables aux éleveurs ! Le Salon de l’Agriculture arrive donc dans à point nommé, dans un contexte inédit : nous profiterons de ce coup de projecteur sur notre secteur pour nous assurer que chaque acteur de la filière concrétise ses engagements et applique strictement la loi. » 

Fichier à télécharger


   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans fdsea53.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Conjoncture laitière juin 2022
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Youtube
fdsea53

Fdsea53
Parc Technopole, rue Albert Einstein
BP 36135 Changé, 53000 Laval
Téléphone : 02 43 67 37 96