ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator
Fdsea53JA53
Accueil > Actualités

La loi EGALIM 2 : application totale… ou sanction !

Pauline COLLET GASTINEL
Le 21/01/2022 à 08:25 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

Les charges flambent et les distributeurs regardent ailleurs !

Depuis le 1er janvier 2022, pour plusieurs filières, la vente de produits agricoles est conditionnée à la signature d’un contrat qui prend en compte les indicateurs de coûts de production des agriculteurs et les indicateurs de marché. Cette mécanique nouvelle souhaitée par la FNSEA et Jeunes Agriculteurs dans le cadre de la loi EGAlim 2, est la disposition incontournable pour une meilleure rémunération des producteurs. Il est indispensable qu'elle soit respectée par tous les opérateurs. 

Dans le cadre des négociations commerciales en cours, FNSEA et JA dénoncent des comportements de certains distributeurs qui vont à l’encontre des principes mêmes de la loi. 

L’autre dispositif phare est la sécurisation du prix « agricole » tout au long de la chaîne. Celui-ci subit de fortes fluctuations avec une hausse des charges qui atteint des sommets historiques et fragilise dramatiquement certaines filières : les charges en alimentation animale sont notamment aujourd’hui une source d’inquiétude très forte pour les éleveurs. Ce prix « agricole », fixé à l’amont, dans un contrat commercial ou coopératif, ne peut subir aucune négociation de la part de la grande distribution. 

De plus, la mise en oeuvre d’EGAlim 2 intervient dans un contexte inflationniste qui va au-delà des seules charges agricoles (emballages, cartons, aluminium…) : cette réalité ne peut pas être ignorée des acheteurs de la grande distribution. 

Par ailleurs la loi EGAlim 2 encadre très strictement les pénalités logistiques, elles sont actuellement à nouveaux infligées aux entreprises, alors même que tous les secteurs souffrent d’un absentéisme important du fait de la pandémie. Les pratiques n’ont donc pas changé ! Ce n’est ni acceptable du point de vue de la loi, ni responsable dans cette période de tension extrême. 

Enfin, l’attention accrue portée aux négociations commerciales sur les marques nationales ne doit pas faire oublier les négociations commerciales sur les marques de distributeurs : elles aussi doivent tenir compte de la flambée de toutes les charges. 

Ce que l’on observe actuellement dans les box de négociation prend toutes les allures d’un contournement en règle de la loi EGALIM 2. Le comité de suivi des relations commerciales qui se tiendra le jeudi 27 janvier ne pourra pas éluder la dénonciation de ces pratiques. 

FNSEA et JA en appelleront donc aussi à la responsabilité du Gouvernement pour que les contrôles nécessaires soient diligentés d’urgence et les pratiques contraires à la loi sanctionnées. EGALIM 2 est en application, EGALIM 2 n’est pas une option ! 

La survie des agriculteurs, celle des industries agroalimentaires, ainsi que la stabilité de la chaîne d’approvisionnement alimentaire régulièrement saluée par le Gouvernement, sont en jeu. La souveraineté alimentaire ne peut pas subir une année supplémentaire de déflation ! 



   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans fdsea53.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Conjoncture laitière juin 2022
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Youtube
fdsea53

Fdsea53
Parc Technopole, rue Albert Einstein
BP 36135 Changé, 53000 Laval
Téléphone : 02 43 67 37 96